La Petite Ceinture : une balade idéale dans le XVème

En septembre dernier, le tronçon de la Petite Ceinture reliant Balard à la rue Olivier de Serres a été ouvert au public, entièrement réaménagé. Pour la Ville de Paris, c’est le pari de mettre en valeur un site historique en préservant la biodiversité. Pour les habitants, c’est un espace de promenade idéal, calme et dépaysant.
Petite Ceinture Paris 15

La Petite Ceinture, une voie ferroviaire devenue promenade verte

Ouverte en 1869, sous le Second Empire, la Petite Ceinture fait 32 km et était destinée à transporter voyageurs (jusqu’en 1934) et marchandises ; elle a fonctionné jusqu’à la fin des années 70, desservant dans le 15ème, notamment, les usines Citroën et les abattoirs de Vaugirard.

Depuis la fête des Jardins du 21 septembre, la Petite Ceinture est devenue grâceLa Nature reprend ses droits au programme d’aménagement paysager lancé par la Ville de Paris un lieu de promenade particulièrement agréable, qui permettra à terme de relier les parc Georges-Brassens et André Citroën.

D’une longueur de 1,3 km pour 3,5 hectares, la Petite Ceinture aménagée du 15ème est accessible de 9h à 16h45, par plusieurs points d’accès : face au 99 rue Olivier de Serres, au 399 rue de Vaugirard ou au 82 rue Desnouettes.

Un patrimoine historique mis en valeur

Les aménagements ferroviaires ont été préservés, et il est fascinant de voir comment, tout le long de la voie, la nature reprend peu à peu ses droits… La Petite Ceinture du 15ème constitue pour la faune et la flore un habitat singulier, lorsque murs, rails Préserver la biodiversitéet ballast deviennent autant de niches et abris.

Dans les talus, 21 sortes d’oiseaux, dont le menacé gobe-mouche gris, viennent se nicher. Dans les lisières forestières, les prairies et le ballast, ce sont les papillons de jour, des hyménoptères et des coléoptères, qui trouvent ici refuge. Protégés de la circulation automobile, les visiteurs peuvent s’y balader au calme, à la découverte des 220 espèces de plantes et d’animaux qu’on y trouve aujourd’hui.

Préserver la biodiversité du site

Néanmoins, tout est fait pour protéger la biodiversité des lieux, et l’évolution naturelle – ainsi le site est-il inaccessible la nuit, et aucun éclairage public ne vient troubler le rythme biologique des animaux : « L’entretien s’adapte aux cycles biologiques, notamment à la nidification des oiseaux. Il maintient les trois étages de végétation et les prairies sont Des aménagements ferriviairesfauchées une à deux fois par an » (source : www.paris.fr).

Le respect de la végétation permet la croissance d’arbres et arbustes locaux, comme l’orme champêtre, le chêne pédonculé ou l’érable sycomore… et la protection des milliers d’hôtes minuscules cachés dans les végétaux : « Les souches d’arbres laissés en chandelle, les troncs coupés et les tas de bois mort accueillent des micro-organismes, champignons et insectes xylophages (qui décomposent le bois mort) ».

Ainsi la Petite Ceinture devient-elle peu à peu un corridor écologique en mouvement, dont il sera passionnant de suivre l’évolution au fil des saisons. 

 http://www.paris.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>